Comment faire dire une messe et pourquoi ?

Savez-vous que la messe est célébrée tous les jours ? (voir les horaires)

Chaque messe est célébrée aux intentions de l’Eglise Universelle, mais le prêtre célébrant peut prier aussi à une intention plus particulière qui a été demandée pour ce jour là. L’intention de messe la plus couramment demandée concerne les défunts. Mais ce n’est pas la seule intention possible.

Pour les défunts

La coutume de faire dire des messes à l’intention des défunts est très ancienne. C’est un geste d’amitié et d’affection qui permet de dire à celui ou celle qui est parti : «  Que Dieu t’accompagne dans ta nouvelle demeure, et, là où tu es, ne nous oublie pas ! »

En sollicitant la prière de toute l’Eglise, nous réaffirmons les liens qui nous unissent à tous nos défunts dans la communion des saints.

Pour des personnes en vie

On fait dire des messes parfois à des intentions de personnes que l’on connaît et que l’on veut confier à la tendresse de Dieu.

En voici des exemples :

pour des jeunes mariés,
des nouveaux prêtres,
un malade,
pour un parent,
un ami,
pour soi-même,
pour la vie du monde,
pour la vie de l’Église…

Pour dire merci à Dieu

Faire dire une messe à l’occasion d’évènements heureux ou solennels est aussi possible. On remercie Dieu pour toutes les grâces et les joies reçues :

la naissance d’un enfant,
des noces d’or ou d’argent,
pour un jubilé sacerdotal,
pour une guérison, 

une paix retrouvée…

Aux intentions de l’Eglise Universelle

On peut faire dire des messes, uniquement pour être en communion avec  les membres de l’Eglise. Toutes les messes célébrées par les prêtres, où  qu’ils se trouvent, prennent toujours en compte les intentions de l’Eglise Universelle. S’y associer par l’offrande d’une messe est alors un geste de pure gratuité.

La messe n’a pas de prix.

Offrir une messe n’est pas un marchandage mais un acte de foi en la puissance du sacrifice du Christ sur la croix et en la prière de l’Eglise.
Mais dès les origines de l’Eglise, les fidèles ont voulu participer à l’Eucharistie par des offrandes en nature ou en espèces. Elles étaient destinées à assurer les frais du culte, la subsistance des prêtres, la vie de l’Église.
C’est l’origine de la pratique des « honoraires de messe », qui date du VIIIe siècle et qui s’enracine dans l’Ancien Testament où le prêtre recevait une part des sacrifices faits à Dieu. Le prêtre doit toujours pouvoir « vivre de l’autel ».
C’est aussi un beau geste de partage et de solidarité de la part des chrétiens : la vie matérielle de l’Eglise et de son clergé repose sur cette contribution volontaire des fidèles.

Dans notre diocèse, l’offrande est de 17 euros.
En aucun cas la grâce reçue ne dépendra de la somme !

Pour demander des messes, il faut s’adresser au secrétariat de la paroisse.